Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 20 le Dim 19 Oct - 10:06
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Sondage

La gestion du PLU doit elle être transférée au niveau de la Communauté de commune pour éviter les conflits d'intérêts ?

89% 89% [ 8 ]
11% 11% [ 1 ]
0% 0% [ 0 ]

Total des votes : 9


La dette à Andouillé-Neuville.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La dette à Andouillé-Neuville.

Message par Pascal Salomé le Dim 6 Avr - 20:01

Chers Andoléens, chers électeurs,

Je me souviens de la visite de mesdames Ngassa et Gautier accompagnées de Monsieur Tropée  pendant la campagne électorale. Je me souviens  leur avoir parlé de la crise économique en cour qui sévit depuis 2007 et leur avoir parlé de la dette. Monsieur Tropée ne disait trop rien quand j'évoquais les difficultés du secteur bancaires et le manque de fonds propres de la plupart des grandes banques au bord du gouffre. Madame Gautier cherchait à se rassurer en tentant de me faire admettre que pour une bonne gestion il fallait faire des emprunts alors que Madame Ngassa écoutait religieusement ...
Evidemment, un bon gestionnaire peut avoir recourt à l'emprunt, mais n'oublions pas que les élus ne sont pas mandatés par les électeurs pour endetter la commune en leur nom. Pour moi, un recours à l'emprunt est utile quand il faut investir dans un outil que l'on a besoin aujourd'hui. Une école est un bon exemple car il serait ridicule d'économiser pour se payer une école dans 20 ans alors que les élèves en ont besoin aujourd'hui et que dans 20 ans, ça ne sera plus le cas. Pour une mairie et un centre bourg, il en va autrement puisque l'urgence est tout à fait discutable. En plus, quand on voit les excédents mis en avant par M. le Maire dans son point sur les finances de la commune durant la campagne électorale, on peut estimer que s'il avait eu la patience d'économiser encore quelques années, il aurait pu financer la mairie sans avoir recours à la dette. Je sais que ce dernier ne goute point la contestation et qu'il va aussi me taxer de vouloir agir sur les peurs, mais tout de même, il y a des réalités comptables qu'il devra bien assumer dans son bilan, même si ça fait peur aux électeurs et qu'il préfère comme beaucoup nier la réalité d'un déclin de notre pays. Il nous parle d'excédents budgétaires en essayant de nous faire croire qu'ils sont le fruit d'une bonne gestion alors que cela signifie simplement qu'il avait mis au budget des sommes qu'il n'a pas employées. On peut d'ailleurs se demander pourquoi il s'obstine à augmenter les impôts en période de crise alors qu'il a de tels excédents budgétaires. En fait, quand on y regarde de plus près, on se rend compte que son excédent sur le budget assainissement est bloqué, qu'il ne peut servir à autre chose qu'à l'assainissement et que pour réaliser l'extension du lagunage indispensable au développement de la commune, il en est arrivé à ajouter encore 88000 € d'emprunts sur le budget prévisionnel de 2014. On se rend compte que des 40 206.74 € en excédent au budget de fonctionnement 2013, il en reporte en gros 50% sur le budget de fonctionnement 2014 pour financer entre autre la réforme des rythmes scolaires et les 50% restants sur le budget investissement 2014. Pourquoi tant d'excédents au budget investissement 2013 ? Ce n'est pas le signe d'une bonne gestion, mais tout simplement les prémisses d'une provision pour des factures importantes. En effet, un excédent 2013 de 392 256.16 € au budget investissement reporté au budget prévisionnel 2014, augmenté d'un report de 20000 € environ qui vient du budget de fonctionnement 2013, augmenté d'un emprunt de 200 000 € pour le financement de la mairie et enfin d'un emprunt de 192 000 € pour le financement de la réfection du centre bourg, permettront de payer une mairie à 600 000 € et un centre bourg à 200 000 €. Elle est pas belle la vie? Heureusement encore qu'avec tous ces emprunts toutes ces subventions et tous ces excédents il arrive à retomber sur ses pattes !
ll n'en reste pas moins qu'il n'y avait pas urgence à réaliser des travaux que la population de réclamait pas et que même s'il convenait de faire un peu de travaux, cela aurait pu attendre quelques temps pour éviter de creuser notre dette. Il faut savoir tout de même que fin 2014, la charge de cette dette cumulée (les intérêts annuels) va atteindre en gros 58 800 € ( Pour les amateurs de chiffres, je compte ici un taux moyen de 5% sur une dette cumulée de 1 176 000 € à fin 2014 en considérant que les emprunts sont sur 20 ans ce qui n'est qu'une approximation). Quoi qu'il en soit, ce n'est pas rien car cela représente en gros 10% du budget moyen de la commune et je me dis que si l'on avait pas eu recours à la dette pour la mairie et le centre bourg, notre charge de la dette ne serait que de moitié soit de une économie sur le budget de fonctionnement d'environ 29 000 €. Imaginez avec ces 29000 € ce que nous aurions pu faire chaque année. Au lieu d'engraisser la banque de Monsieur Tropé (la sienne ou une autre d'ailleurs...), nous aurions pu financer une amélioration des repas pour les enfants qui déjeunent à la cantine et améliorer les activités des enfants qui resteront à l'école dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires. Voilà pourquoi je suis, pourquoi nous sommes très réservés sur le recours à la dette pour équilibrer les budgets.
Au delà de ces considérations, se mettre de la dette pour 20 ans ou même plus (école = 25 ans) est assez imprudent en période de crise. Fin 2014, l'annuité (remboursement annuel capital et intérêts) de la dette sera d'environ 103 196 €. C'est une part importante du budget annuel, mais qu'en sera t-il dans 10 ans si la dotation de l'état ruiné (dette de l'état 1920 milliards) diminue encore. Qu'en sera t-il si l'attractivité d'Andouillé-Neuville diminue avec des taxes locales qui ne cessent d'augmenter, un carburant qui évolue à la hausse et un pouvoir d'achat moyen qui continue à baisser comme il le fait depuis 2008 ? C'est très simple, ce qui peut se passer est ce qui se passe aujourd'hui à Détroit aux USA. Nous finirons par crouler sous la dette, nous fermerons nos services et renverrons le personnel dans ses foyers... Enfin, cela n'arrive qu'aux autres et nous avons de la chance, notre Maire est un fin gestionnaire, il est plus malin que le maire de détroit qui a fait défaut sur une partie de sa dette en 2013...

Ici un point récapitulatif sur la dette de la commune depuis 2006.
http://www.mediafire.com/view/5dqsc4akw0yvk56/La_dette_%C3%A0_Andouill%C3%A9.pdf

Pascal Salomé

avatar
Pascal Salomé

Messages : 62
Date d'inscription : 30/03/2014
Localisation : Village d'irréductibles Gaulois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum